05 février 2006

THE DELGADOS : Sucrose


Acquis dans l'un des Record & Tape Exchange de Londres fin 1996 ou début 1997
Réf : chem 008 CD -- Edité par Chemikal Underground en Ecosse en 1996
Support : CD 12 cm
Titres : Sucrose -- Chalk -- Eurosprint -- The dirge

C'est l'un des premiers singles des Delgados, sorti une quinzaine de jours avant leur premier album, "Domestiques". Seul "Sucrose" est repris sur l'album. C'est un bon titre de noisy pop, et même s'ils le compliquent à la fin en le rallongeant inutilement, on est loin ici des titres très élaborés de leurs derniers albums avec Dave Fridman à la production.
"Chalk" et "Eurosprint" sont deux ballades à la guitare acoustique qui sonnent comme des démos solo, la première chantée par Alun Woodward, la seconde par Emma Pollock.
Mon titre préféré de ce disque, et de loin, c'est le dernier, "The dirge". C'est d'ailleurs le seul que j'ai régulièrement passé à l'époque dans l'émission Vivonzeureux!.
Seul petit problème, mais ça n'en est pas vraiment un, ce n'est pas un titre écrit par les Delgados, mais une reprise des New Bad Things, un groupe contemporain des Delgados, originaire de Portland aux Etats-Unis. Les deux groupes devaient se connaître puisqu'ils ont sorti ensemble un split single sur le petit label Lissy's (sur lequel les Delgados reprenaient "Sacré Charlemagne" de France Gall !!).
Je n'ai malheureusement jamais entendu la version originale de "The dirge", je ne peux donc pas faire la comparaison. mais ce n'est pas très grave, car cette version me suffit largement ! C'est aussi un peu noisy. Ça commence avec le garçon-chanteur et la fille-chanteuse qui se répondent (un peu comme pour Melon Galia), et j'adore. Ensuite, c'est presque mieux quand ils se mettent à entonner ad libitum une sorte de deuxième refrain ("I love you, no matter where you spend the night, you can always come back to me, because I love you and you are everything"). Et ça se finit en joyeux bordel, avec des sifflements, des coups de cymbale du batteur et l'impression qu'ils se sont bien amusés à enregistrer ça.

Aucun commentaire:

LinkWithin

Linkwithin