15 avril 2007

MISSING SCIENTISTS : Big city, bright lights


Acquis d'occasion probablement dans un Record & Tape Exchange à Londres vers la fin 1983
Acquis en solde en France peut-être bien chez Royer à Epernay dans la seconde moitié des années 1980
Réf : RT 057 -- Edité par Rough Trade en Angleterre en 1980
Support : 45 tours 17 cm
Titres : Big city, bright lights -/- Discotheque X

Je crois bien que, quand je suis tombé sur ce disque la première fois, je venais juste d'apprendre qu'il avait un lien avec les Television Personalities, mais je ne les avais pas encore vus en concert, et donc je n'avais pas encore rencontré Joe Foster. La deuxième fois, j'ai trouvé un exemplaire en meilleur état à 20 F soldé 12, et je l'ai pris comme "copie de sauvegarde".
Joe Foster est surtout connu comme un ancien membre des Television Personalities, comme le producteur maison des premières années de Creation Records, puis comme le fondateur du label Rev-Ola. Mais avant de sortir deux singles et un album dans les années 80 sous le nom de Slaughter Joe, il avait aussi sorti au tout début de la décennie ce single sous le pseudonyme des Missing Scientists. Au moment où ce disque est sorti, les membres de la nébuleuse Television Personalities sortaient des disques dans tous les sens, sous les noms les plus divers : The Gifted Children, The Times, Teenage Filmstars...
Ce single est intéressant car il est sorti par Rough Trade Records, mais il est enregistré au Blackwing Studio, l'antre de Mute Records, avec Eric Radcliffe et John Fryer comme ingénieurs du son, Larry Least à la co-production et Jacki au synthé. Ces deux derniers noms étant ceux respectivement du producteur et d'un membre des Silicon Teens, et ce sont des pseudonymes d'une seule et même personne, Daniel Miller, le fondateur de Mute Records. C'est à ma connaissance la seule apparition créditée comme telle des Silicon Teens en-dehors de leurs propres disques, et leur contribution est marquante car leur patte se reconnait fort bien dans le solo au synthé de la face A du disque. Les autres participants à cet enregistrement sont DanDan, soit Dan Treacy, des Television Personalities, et Empire, le batteur des Swell Maps.
La face A est une reprise assez fidèle d'un excellent hit reggae anglais de Dandy Livingstone. Joe Foster assure lui-même à la basse et au chant. L'original date de 1972, mais il y avait déjà un synthé bien en évidence dessus.
Dans une interview, Dan Treacy explique que la face B, "Discotheque X", a été improvisée en studio. On veut bien le croire. Le titre n'est cependant pas désagréable à écouter, une fois de temps en temps, avec une bonne rythmique, reggae également, sur laquelle on entend des bouts de dialogue.

3 commentaires:

Anonyme a dit…

Le titre ne serait-il pas un (grossier) hommage au légendaire bluesman Jimmy Reed?

Pol Dodu a dit…

Ce n'est pas impossible, mais j'ai l'impression que les deux chansons n'ont rien d'autre en commun...

Pol Dodu a dit…

A lire, un hommage à Joe Foster par un gars qui sait de quoi il parle, Alan McGee, sur le blog qu'il tient sur le site du Guardian.

LinkWithin

Linkwithin