31 mai 2008

POLYPHONIC SIZE : Nagasaki mon amour


Acquis chez New Rose à Paris le 25 février 1982
Réf : RAD 001 -- Edité par Radical en France en 1981
Support : 45 tours 17 cm
Titres : Nagasaki mon amour -/- Kyoto (Version)

Sur mon agenda, à la date du 25 février 1982, je n'ai pas noté que j'avais acheté ce disque. Juste quelques mots sur les événements importants de cette journée passée à Paris avec Philippe C. : l'achat de l'album pirate de Cure, le spectacle de Lewis Furey et Carole Laure au Théâtre de la Porte Saint-Martin (nous étions tombés par hasard sur le soir de la Générale, je ne savais pas vraiment ce que c'était une générale, mais on l'a vite compris à l'entracte quand on s'est retrouvés entourés de vedettes dans le hall du Théâtre, dont Depardieu, Souchon et Brigitte Fossey !) et le retour galérique après le dernier train pour Reims, bloqués à Epernay de 1h46 à 5h13, avant de finir le trajet à pied jusqu'à la résidence universitaire (plus d'une heure)... et de trouver mon lit squatté par un pote à l'arrivée !
Le lendemain, on comprendra que j'ai noté un laconique "Sommeil".
Le samedi, je suis rentré chez moi, là où se trouvait mon tourne-disques, mais j'ai passé la soirée avec mes potes du Ouane Brothers Band, ce n'est donc que le dimanche que j'ai dû avoir le temps de finir d'écouter mes achats du jeudi 25 février 1982. D'où ce que je découvre aujourd'hui dans mon agenda à la date du 28 février 1982 : "Tube du jour Nagasaki mon amour de Polyphonic Size. Dimanche serein."
Si j'ai acheté ce premier disque paru en France de Polyphonic Size, six mois avant la sortie de leur premier album, c'est obligatoirement parce que j'avais dû entendre la chanson au préalable. Et si je l'avais entendue, c'est évidemment à Feedback, l'émission de Bernard Lenoir.
Cette édition française de Nagasaki mon amour est sortie, avec une face B différente de l'édition belge de 1980, sur un label indépendant qui débutait. Ils étaient très rares à l'époque. Je crois me souvenir que Radical Records était basé à Bordeaux et je ne suis pas sûr qu'il y ait eu un deuxième disque sur ce label.
Ce 45 tours est placé sous le signe du Japon.
Nagasaki mon amour est l'une des grandes réussites de la new wave synthétique. C'est la première collaboration entre Jean-Jacques Burnel et Polyphonic Size. Basse au synthé, boite à rythmes, piano sur le refrain, choeurs, on a en quatre minutes une histoire d'amour de l'ère atomique, de la rencontre à la naissance d'un enfant mort-né, avec un bombardement nucléaire entre-temps et la présence énigmatique de la Joconde. Les paroles très elliptiques de Dominique Buxin font beaucoup pour la magie de cette chanson, à l'exception d'un couplet que je trouve complètement raté : "L'avion est retourné sans même se retourner. Nous sommes tout retournés"...
Nous avons la grande chance de disposer, grâce à Philippe Doro, d'un site excellent et très complet consacré à Polyphonic Size, sur lequel on trouve notamment :
En face B, la version de Kyoto, du nom de la ville japonaise largement épargnée par les bombardements américains de la seconde guerre mondiale, est agréable, mais on n'est pas dans la même catégorie qu'avec Nagasaki, bien que ce titre bénéficie de la participation d'une chanteuse japonaise.

1 commentaire:

The Civil Servant a dit…

Merci de reenir sur ce groupe que les années m'avaient fait oublier.
et des liens de l'article

A+

LinkWithin

Linkwithin