21 juin 2008

BILLY NASH : Brutus (Le lion)


Acquis sur le vide-grenier de Damery le 15 juin 2008
Réf : 424.274 PE -- Edité par Philips en France vers 1962
Support : 45 tours 17 cm
Titres : Brutus (Le lion) -- Le twist du forgeron (Hammer twist) -/- Chicago Twist Express - Fallait-il (Que l'on s'aime)

Deux vide-greniers familiaux, sympathiques et au sec la même matinée. Ça se fête. Chouilly était le plus familial et le plus sympathique des deux, avec des exposants à la plaisanterie facile, mais c'est à Damery, sur un stand tenu par deux couples de jeunes gens très détendus et sympas, que j'ai fait mes meilleures affaires.
En m'accroupissant pour regarder leur petit carton de disques, parus au minimum quand leurs grands-parents écumaient les surprise-parties, j'ai tout de suite repéré un 25cm de musique tahitienne. J'ai commencé à regarder les 45 tours avant de demander le prix des disques. "20 centimes". Et les grands ? "20 centimes aussi, on ne va pas chipoter". Au total, j'ai donc prix six disques, payés 1 € seulement sans que je marchande, dont, outre le disque tahitien, un 25 cm autographié de Josephine Baker (!), un autre 25 cm de la bande originale d'Orfeu negro, un EP de Ray Charles et ce 45 tours, acheté sur la foi des mentions "Twist" et "Approuvé pour la danse", et pour le titre Le twist du forgeron aussi.
Quand j'achète comme ça un disque d'un artiste inconnu de moi et que je découvre à la première recherche sur internet qu'il a été programmé par mes amis de L'Opération Kangourou dans leur émission, je sais que je ne me suis pas planté. Sauf qu'il semble qu'ils ont extrait Brutus de l'album Danse party chez Perette Pradier (chez qui ?) et non pas de cet EP.
Billy Nash, avec un nom ou un pseudo pareil, est ou n'est pas anglo-saxon. En tout cas, ce qui est sûr c'est que ce saxophoniste a mené carrière en France au début des années 60 et qu'il était acoquiné avec le label Philips. On trouve quelques mots de soutien de Johnny Hallyday au dos du 45 tours où Billy reprend Douce violence, Claude François a repris son Mashed potatoes et Nash reprend lui-même ici un titre d'Edith Piaf.
Au vu de la liste au dos de la pochette, on sait que Billy Nash a édité sous son nom au moins quatre 45 tours, accompagné de son Rock Band pour les titres rapides, et du Slow Band pour les autres. Au vu de ce 45 tours-ci, dont le titre le plus faible est le dernier, une reprise d'une ballade d'Edith Piaf co-écrite par Charles Dumont avec une rythmique de balloche du plus mauvais effet, il faut mieux miser sur les enregistrements du Rock Band.
Car les trois twists qu'on trouve ici, tous co-écrits par Billy Nash et un certain De Mervellec, sont très bons. Il s'agit d'instrumentaux, et le parti pris pour varier les plaisirs est d'utiliser des bruitages sur chaque titre.
Pour l'excellent Brutus (Le lion), on a droit bien sûr à des rugissements, et aussi des coups de fouet, qui s'intercalent entre d'excellents solo de guitare et de saxophone. C'est de loin la plus grande réussite du disque.
Pour Le twist du forgeron, c'est le marteau sur l'enclume, qui semble un peu léger, qui accompagne le saxo. Quant à l"excellent également Chicago Twist Express, dans la grande tradition américaine des chansons sur les trains, c'est un sifflet de locomotive et une cloche qu'on entend pendant toute la durée de ce titre endiablé.
Toutes les références à Billy Nash que j'ai trouvées datent de la courte période autour du début des années 60, impossible de savoir donc où et sous quelle forme il a ensuite poursuivi sa carrière.

Aucun commentaire:

LinkWithin

Linkwithin