24 juin 2017

FREDDIE BELL ET LES "BELLBOYS" : Giddy up a ding dong


Acquis chez Emmaüs à Tours-sur-Marne le 11 juin 2017
Réf : 10095 -- Édité par Mercury en France en 1956 ou 1957
Support : 45 tours 17 cm
Titres : Giddy up a ding dong -/- Rockin' the Polonaise

L'autre dimanche, la communauté Emmaüs de Tours-sur-Marne organisait toute la journée une vente spéciale et avait annoncé que, pour l'occasion, elle sortirait son stock de vinyls, qui malheureusement n'est plus proposé à la vente en-dehors des quelques événements de ce genre.
Je me suis bien gardé d'arriver à l'ouverture et, comme prévu, quand je me suis pointé une grosse demie-heure plus tard, il y avait cinq-six requins installés à l'une des tables en vente à côté du rayon disques, en train de passer en revue des piles de 33 tours qu'ils venaient de rafler dans les étagères, afin de les trier et de finaliser leur choix.
De ce que j'ai vu du coin de l’œil, ils n'y avait là rien de vraiment rare ou intéressant. Du Neil Young, du Beatles, du Pink Floyd; rien qui ne se soit pas vendu par millions d'exemplaires et qui ne soit pas réédité cent fois. Mais tout ça se revend très bien...
J'ai donc passé très vite en revue les tranches des albums, avant de me concentrer sur les 45 tours, qui visiblement n'intéressaient pas grand monde.
Il faut dire qu'il y avait là-dedans surtout de la variété, de Rika Zaraï à Tino Rossi, mais j'ai quand même réussi dans ce fatras à dénicher ce disque sans pochette, avec la mention "Rock 'n roll" sur l'étiquette".
Je ne connaissais pas Freddie Bell et les "Bellboys", mais je me doutais bien que j'étais tombé sur un disque rock des années cinquante.
Et effectivement, même s'ils n'ont sûrement jamais vraiment été à proprement parler des rockers, Freddie Bell et les "Bellboys", ont apporté leur pierre à l'histoire du genre, dans le sillage de Bill Haley et ses Comets.
Leur carrière n'a pas été très longue, mais on en retiendra deux faits marquants :
  • Là où Bill Haley avait repris le titre rhythm and blues de Joe turner Shake, rattle and roll, Freddie Bell et les Bellboys se sont attaqué pour leur premier single au Hound dog de Big Mama Thornton, en en limant largement les crocs des paroles. Elvis Presley les a vus interpréter cette chanson à Las Vegas en avril 1956, et c'est là qu'il a eu l'idée de l'inscrire à son répertoire. Elle est sortie en juillet 1956 et, même si elle n'était qu'en face B de Don't be cruel, les deux ont été d'énormes succès.
  • Suite au succès de la chanson Rock around the clock grâce à son inclusion en 1955 dans le film Blackboard jungle (Graine de violence), le film Rock around the clock a été tourné en janvier 1956 (j'espère que vous suivez). On y retrouve Bill Haley, bien sûr, les Platters, Tony Martinez et, vous le savez car c'est indiqué sur l'étiquette du 45 tours, Freddie Bell et les Bellboys qui interprètent Giddy up a ding dong.
La chanson est tout à fait dans la lignée de ce que faisait Bill Haley. Elle n'a pas été un tube aux Etats-Unis, mais a eu du succès notamment en Angleterre et en France. Mercury l'a éditée en EP, avec deux pochettes différentes. Mon 45 tours deux titres ne semble être référencé nulle part.
En face B, on trouve un exercice qui deviendra assez courant, une version rockifiée d'une musique classique, Rockin' the polonaise.
Rien d'absolument renversant dans tout ça, mais je suis bien content d'avoir déterré ce tout petit bout d'histoire du rock 'n' roll. Et je préfère toujours ça à un disque plus connu, plus réputé ou recherché, même si le mien "cote" moins.





Freddie Bell et les "Bellboys", Giddy up a ding dong, dans le film Rock around the clock, dont la bande annonce française est ci-dessous.







Deux pochettes pour l'EP français qui contient les deux titres de ce 45 tours.

Aucun commentaire:

LinkWithin

Linkwithin