10 août 2017

HEFNER : Pull yourself together


Acquis par correspondance via Discogs en mai 2017
Réf : PURE 80CDS -- Édité par Too Pure en Angleterre en 1998
Support : CD 12 cm
Titres : Pull yourself together -- Christ -- Smoking girlfriend -- Wicker girl

Je suis passé complètement passé à côté d'Hefner pendant leur période d'intense activité de 1997 à 2001. Rétrospectivement, il me semble que c'est à peine si j'ai entendu parler de ce groupe qui avait pourtant tout pour m'intéresser. C'est grâce à l'ami Philippe D., qui m'a offert plusieurs de leurs disques, que j'ai commencé à découvrir ce groupe, alors qu'il était déjà séparé.
Depuis, j'ai souvent pensé à chroniquer ici un de leurs disques, mais je n'arrivais pas à choisir lequel. Il y a bien le maxi I took her love for granted, avec en face B une reprise de I tried to hide a little thought de Jonathan Richman. Un choix qui sort des sentiers battus et une très bonne version, mais pas au point transcender l'originale.
Et puis, quand j'ai acheté le Mouse on Mars au printemps dernier, j'ai ajouté quelques disques pas chers à ma commande pour amortir les frais de port, parmi lesquels ce maxi qui m'a beaucoup plu et entièrement convaincu.
Hefner, c'était avant tout le projet de Darren Hayman. Si je devais les rapprocher d'autres groupes des années 1990 avec un auteur-compositeur marquant, c'est surtout Belle and Sebastian qui me viendrait à l'esprit, mais aussi Pulp.
Comme Belle and Sebastian et comme les Smiths aussi, Hefner s'est forgé au fil des parutions une identité graphique très forte, à base d'images assez rétro qui m'évoquent souvent le travail de Glen Baxter. Là, sur la pochette d'un simple maxi, on a droit à cinq images différentes.
Après deux singles en 1997, l'hyper prolifique Hefner a sorti en 1998 son premier album Breaking god's heart, ainsi que quatre maxi singles, dont deux seulement extraits de l'album, soit une quinzaine de titres en plus des dix de l'album. Quatre d'en eux sont sur Pull yourself together, sorti en mai, deux mois avant l'album.
La chanson principale Pull yourself together est clairement bâtie sur une trame classique à la Velvet Underground/Lou Reed, sur le mode plutôt boisé favorisé justement par les Modern Lovers ou Herman Düne. Pas foncièrement nouveau, donc, mais parfaitement réalisé et profondément réjouissant. Je n'en demande pas plus.
A base de guitare et d'harmonica, Christ est un titre lent, pas mal dans son genre même si c'est celui qui me plaît le moins aussi. A près de quatre minutes, c'est aussi le plus long de ce disque, bouclé en juste une douzaine de minutes.
Plus bricolo, avec une boite à rythmes et une deuxième voix, Smoking girlfriend est mon autre titre préféré ici avec le premier. Mais Wicker girl, un peu folky, est très bien aussi !
Pour vous procurer ces quatre titres, le mieux est sûrement de jeter votre dévolu sur la réédition en double CD et quarante titres de l'album Breaking god's heart, toujours disponible et pas chère.
De son côté, Darren Hayman est toujours aussi prolifique. Ses deux derniers projets sont un album de duos avec Emma Kupa sous le nom de The Hayman Kupa Band et un tryptique sur les Thankful villages, les cinquante-quatre villages anglais dont tous les soldats sont revenus vivants de la Grande Guerre.






2 commentaires:

Anonyme a dit…

https://www.mixcloud.com/alexandre-perseverance/perseverance-vol-23-focus-on-darren-hayman-and-the-chills/

Pol Dodu a dit…

Merci pour le tuyau, Alexandre.
Je vais aller y jeter une oreille.
Voir le nom de Radio Dio me rappelle mes années Férarock !

LinkWithin

Linkwithin