27 novembre 2017

NEW ORDER : The perfect kiss


Acquis neuf je ne sais plus où dans la deuxième moitié des années 1980
Réf : Fac 123 -- Édité par Factory en Angleterre en 1985
Support : 45 tours 30 cm
Titres : The perfect kiss -/- The kiss of death -- Perfect pit

En novembre 1985, j'ai passé trois semaines en Grande-Bretagne, qui ont été bien occupées : séances en studio avec Biff, Bang, Pow !, séjour à Glasgow, concerts à Aberdeen et Croydon avec Primal Scream et Meat Whiplash, concerts à Manchester et Leeds avec The Jesus and Mary Chain et Felt...!
Au milieu de tout ce maelstrom, il y a eu des périodes de calme, notamment à un moment où l'ami Alan était absent de Londres. Du coup, j'ai repris la bonne vieille habitude de mon année londonienne 1983-1984 et, le 23 novembre 1985, j'ai passé mon après-midi au Scala Club Cinema, près de King's Cross. Trois films de Woody Allen étaient au programme pour un prix d'entrée inférieur à celui pour un film en centre-ville, Manhattan, Annie Hall et Play it again, Sam. Comme si ça ne suffisait pas, à un moment, au lieu du Woody Allen suivant, on a vu démarré quelque chose d'autre, et j'ai assez vite compris qu'il s'agissait d'une vidéo de New Order (réalisée par Jonathan Demme, avec Henri Alekan comme directeur de la photographie). Le son de cette vidéo, je l'ai appris plus tard, n'est pas comme d'habitude celui du disque, mais celui de la captation de la performance du groupe (même si des "pains" ont été corrigés par la suite).
J'ai dû acheter l'album Low-life dans les semaines qui ont suivi sa sortie, je connaissais donc Perfect kiss, mais c'est après avoir vu cette vidéo que j'ai vraiment pleinement apprécié cette chanson. Par contre, ce n'est que plus tard, et sûrement pas au prix fort, que j'ai acheté ce maxi sorti en même temps que l'album. Comme c'était la première fois que la face A d'un single de New Order était aussi sur un album, j'ai dû en profiter pour dépenser mon maigre budget autrement.
C'est bien entendu Peter Saville qui s'est chargé de la pochette. Un peu comme pour le 45 tours de Ceremony, on a une pochette unie avec des indications en relief. Comme l'habitude en avait été prise, le nom du groupe n’apparaît pas (mais hors Angleterre, les maisons de disque ne se gênaient pas pour ajouter un autocollant) et, pour ajouter au "mystère", seul le mot central du titre est au recto. Pour moi, c'est un des exemples qui montrent que toutes les pochettes de Saville ne sont pas mémorables.
La chanson, elle, l'est, heureusement. Pour cette version maxi de Perfect kiss, le groupe ne s'est pas contenté de remettre la version de l'album. Celle-ci, à plus de 8 minutes, dure presque deux fois plus longtemps, et la chanson y gagne, ce qui est loin d'être toujours le cas pour les "versions longues".
La première partie est une (bonne) chanson de New Order, avec des ingrédients qui me plaisent comme le séquenceur, les rythmes et les remarquables riffs de basse de Peter Hook. Mais, dans la partie instrumentale de la deuxième moitié, ça décolle vraiment et, si on arrive à commander à ses oreilles de faire abstraction du synthé un peu trop en avant et peu intéressant, on peut atteindre une transe dansante, qui vaut presque celle induite par l'écoute du maxi Blue Monday.
Sur la face B, Kiss of death est une version "dub" largement instrumentale de The perfect kiss et, miracle, les synthés sont moins présents dans la deuxième moitié. Quant à Perfect pit, c'est un court extrait, instrumental également, de ce qui semble être une version plus "brute" de la chanson, peut-être avec le jeu de batterie de Stephen Morris "au naturel", avant qu'il soit échantillonné et réintroduit dans le morceau.  Car, c'est l'une des choses que l'on découvre en regardant la vidéo ou des versions en concert : si Peter Hook et Bernard Sumner jouent à un moment des percussions, Stephen Morris, lui, déclenche des rythmes mais ne semble pas jouer directement de sa batterie.


New Order, The perfect kiss, la fameuse vidéo réalisée par Jonathan Demme.


New Order, The perfect kiss, en concert à l'International Centre de Toronto le 4 août 1985.
Je ne parlerai pas de la coupe de cheveux de Peter Hoook, mais Bernard Sumner est ridicule avec son short et ses chaussettes dans des mocassins vernis.


New Order, The perfect kiss, en concert à Louvain en 1985.



Aucun commentaire:

LinkWithin

Linkwithin