12 novembre 2017

THE WAILERS : Catch a fire



Acquis chez A la Clé de Sol à Châlons-sur-Marne vers 198
Réf : 9123 013 -- Édité par Island en France dans la deuxième moitié des années 1970
Support : 33 tours 30 cm
9 titres

J'ai mis un peu de temps à apprécier Bob Marley. Certes, en 1978 j'ai aimé le tube Is this love ? suffisamment pour acheter le 45 tours mais, peu de temps avant ou après ça, on m'avait fait écouter l'album Exodus et ça ne m'avait pas du tout plus. J'étais resté bloqué devant l'aspect répétitif de la rythmique reggae. Ce n'est qu'avec l'album Survival en 1979, que j'ai acheté à sa sortie, que je me suis vraiment mis à apprécier Marley et les Wailers et que, au fil du temps, j'ai aimé leurs enregistrements les plus roots (J'apprécie mieux aujourd'hui, contrairement à l'époque, la production hybride de Could you be loved, mais il ne faut toujours pas me parler de Babylon by bus).
Je suis à peu près sûr que c'est au moment où j'écoutais beaucoup Survival que j'ai investi dans Catch a fire. Il faut dire que le disque chez le disquaire du coin n'était pas cher (entre 30 et 40 francs je crois) et puis il était dans sa fameuse pochette originale.
Due à Rod Dyer et Bob Weiner, elle fait partie avec quelques autres (Sticky finger des Rolling Stones, Look at yourself d'Uriah Heep ou Blue Monday de New Order me viennent à l'esprit) des pochettes élaborées qui sont devenues un sujet d'intérêt en elles-mêmes. En plus, elle représente un Zippo, et ces briquets américains avaient une grosse réputation quand j'étais gamin. Ça vous posait un gars quand il sortait son Zippo ou qu'il entreprenait de le remplir d'essence. Moi qui n'ait jamais fumé, j'aurais bien aimé pendant un temps en avoir un.
En Angleterre, il semble que seul le premier tirage de 20 000 exemplaires de Catch a fire ait été diffusé avec la pochette originale. Ils se sont très vite écoulés et les tirages suivants ont eu droit à une pochette toute simple avec une photo de Marley, qui devait coûter beaucoup moins cher à produire.
Ce n'est pas ce qui s'est passé en France. Déjà, je ne pense pas que le disque soit sorti par chez nous en 1973. L'ajout sur la pochette d'un gros macaron "Featuring Bob Marley" donne à penser que les exemplaires français sont sortis à partir de 1974-1975, après le départ de Peter Tosh et Bunny Wailer, quand le succès du groupe s'est amplifié sous le nom de Bob Marley and the Wailers. Ensuite, parce que le disque avec sa pochette briquet est resté disponible plusieurs années. La preuve, c'est que je l'ai trouvé sans problème vers 1980. Mais c'était la fin je crois : assez vite après la mort de Marley, c'est la seule pochette avec photo qu'on a vue dans les bacs français. En tout cas, les exemplaires avec pochette briquet sont désormais tous très recherchés par les collectionneurs. 
Catch a fire est le premier album des Wailers sorti chez Island. J'ai toujours cru que le titre avait avait à voir avec le fait de donner du feu à quelqu'un pour allumer son joint ou  sa clope, mais apparemment ça signifie plutôt "Va brûler en enfer" !
Outre sa pochette, le disque est surtout réputé pour avoir été "trafiqué" par le label pour lui donner un son plus international. Et c'est vrai que des enregistrements complémentaires ont été faits à Londres, mais au moins ce n'était pas pour y mettre des cordes, comme Trojan avait l'habitude de le faire. Il y a surtout de la guitare par Wayne Perkins et des claviers par Rabbit Bundrick, mais franchement aujourd'hui, à la réécoute, il n'y a plus grand chose qui m'écorche les oreilles, si ce n'est le solo de guitare sur Concrete jungle et un clavier  un peu trop présent sur 400 years. En plus, depuis la réédition Deluxe en deux CD de 2001, les fans ont la possibilité d'écouter la version "jamaïcaine" de l'album, sans les ajouts anglais, comme par exemple Concrete jungle et Stir it up sans les solos de guitare rajoutés.
A mon sens, le monument  du disque c'est sans conteste Stir it up. Cette version est moins roots que d'autres, mais je trouve que pour le coup les ajouts sont bien intégrés. Bizarrement, ce titre n'a pas été sorti en 45 tours, mais c'est sûrement parce que les paroles sont trop ouvertement sexuelles.
Mes deux autres titres préférés du disque ont toujours été les deux compositions de Tosh, 400 years et Stop that train. Il est intéressant de noter que ces trois chansons avaient toutes déjà été publiées sur d'autres disques (dés 1967 pour Stir it up !).
Le reste du disque est d'excellente tenue mais ne m'emballe pas autant. Musicalement, j'aurais plutôt tendance à conseiller African herbsman que Catch a fire, mais pour le coup la pochette de cette compilation est carrément moche !

Catch a fire est intégralement en écoute sur YouTube. Le disque est continuellement disponible depuis sa sortie.


Les Wailers interprètent Stir it up et Concrete jungle le 5 janvier 1973, en direct dans l'émission The Old Grey Whistle Test de la BBC. Superbe. J'adore le look de Peter Tosh.

Aucun commentaire:

LinkWithin

Linkwithin