06 janvier 2018

THE GO-BETWEENS : 16 Lovers Lane acoustic démos


Acquis avec le n° 58 des Inrockuptibles par correspondance en mai 1996
Réf : PREMIUM 2 -- Édité par Labels/Les Inrockuptibles en France en 1996 -- CD gratuit offert avec le n° 58 des Inrockuptibles. Ne peut être vendu séparément.
Support : CD 12 cm
11 titres

Les Inrockuptibles ont commencé à diffuser des disques à leurs abonnés il y a trente ans, en 1988. Je n'ai eu l'occasion jusque ici de n'en chroniquer que trois, Doing it for the kids : Twelve times, Rare Pixies et Heaven ?! 81-96, mais il y en a un énorme paquet. Dans le tas, beaucoup sont de simples compilations d'actualité. Cela peut faire de bons disques, mais évidemmentles plus intéressants sont ceux qui contiennent des inédits, et parmi tous ceux-là ce CD de démos acoustiques de chansons pour 16 lovers Lane, l'ultime album des Go-Betweens première formule, est sûrement l'un des plus précieux.
Mais pourquoi, en 1996, dédier la couverture de son hebdomadaire à ce groupe disparu, majeur par sa production artistique mais mineur par son impact commercial ? J'ai posé la question à Jean-Daniel Beauvallet, l'un des rédacteurs en chef du magazine et aimable préfacier l'an passé de mon Journal d'un fan de chambre.
La réponse est simple : la rédaction des Inrockuptibles était pleine de fans du groupe, qui s'était séparé en 1989. En 1991, les abonnés s'étaient déjà vus gratifier d'une compilation, Neu Holland, qui associait des titres des Go-Betweens et des titres solos de Robert Forster et Grant McLennan. Là, comme Jean-Daniel l'a écrit au moment de la présentation du documentaire Right here l'an dernier, l'idée était de se faire plaisir en se donnant l'occasion unique de poser en une la question de savoir si The Go-Betweens était "le groupe le plus sous-estimé de l'histoire du rock ?".
Il y avait aussi un peu d'actualité autour du groupe : une première réédition de leurs six albums, un concert exceptionnel du groupe reformé le 23 mai 1996 au Palace, un nouvel album de Robert Forster et un de Jack Frost, le groupe qui associait Grant McLennan et Steve Kilbey de The Church.



Alors, banco pour les Go-Betweens en couverture dans le numéro daté du 22 mai 1996, avec long entretien avec Christian Fevret, le rédacteur en chef, The Go-Betweens - Les destins amis.
Pour intéresser la partie, Les Inrocks souhaitaient aussi diffuser un CD inédit du groupe, à tous les lecteurs, pas seulement les abonnés, et gratuitement, sans augmentation du prix de vente.
En discutant avec le groupe, ils se sont rendus compte que celui-ci avait conservé toutes ses archives. Pas facile de faire un choix, donc, mais quand il est apparu qu'il existait des démos pour 16 Lovers Lane, un des albums préférés de la rédaction, le choix s'est fait tout seul et l'opération a pu se faire, avec une pochette de disque qui, astucieusement, se présente comme la maquette de celle de l'album original.
Il y a onze titres sur le CD. Huit démos proprement dites, et trois titres extraits de trois des albums du groupe.
Sur les démos, on n'entend je pense que les deux compositeurs Forster et McLennan et leurs guitares. Et, même s'il ne s'agit que de maquettes, les huit chansons, dont six seulement se retrouveront sur l'album, composent un excellent disque.
Initialement, mon titre préféré était Love goes on !. Aujourd'hui, je dirais que les seuls titres que j'aime un peu moins sont les deux qui ont été écartés de l'album, Wait until June (sorti en face B du single Streets of your town) et You won't find it again (finalement publié sur la compilation 1978-1990). Sinon, il n'y a que du très bon avec, par ordre de préférence quand même, The devil's eye, l'autre single Was there anything I could do ?, Dive for your memory, Love is a sign et I'm allright.
La première des pistes studio est Streets of your town, le troisième et tout aussi excellent single pris de 16 Lovers Lane, qui n'était pas présenté en démo. Bien vu. Suivent ensuite deux bons titres du groupe, The Clarke sisters et You've never lived.
Le n°58 des Inrockuptibles a été tiré à 80 000 exemplaires. Ils ne se sont pas tous vendus, mais chaque exemplaire contenait un CD. Ce disque n'est donc pas rare en France, et on le voit régulièrement sur les vide-greniers ou dans les dépôt-vente.
Il reste un petit mystère que Jean-Daniel n'était pas en mesure d'éclaircir car cette question relève plutôt du groupe et de son label. Au vu de la qualité de ces démos, et sachant qu'elles existent et ont largement été diffusées en France, je ne comprends pas qu'elles n'aient jamais été plus largement diffusées depuis. Et notamment sur la réédition de 2004 de 16 Lovers Lane, qui contenait un deuxième CD de raretés et d'inédits, mais pas ces démos. Mystère, donc, mais ça ne rend cette rondelle des Go-Betweens que plus précieuse.





Aucun commentaire:

LinkWithin

Linkwithin