19 novembre 2017

FOREST FIRE : Survival


Offert par Philippe D. à Paris le 3 juillet 2014
Réf : [CA TAL047] -- Édité par Talitres en France en 2009 -- For promotional use only, not for resale
Support : CD 12 cm
9 titres

Hier, je cherchais quel disque j'allais bien pouvoir chroniquer aujourd'hui. J'ai donc jeté un coup d’œil à la (petite) pile de CD mise de côté dans cette éventualité et l'un de ces disques, collé à un autre par une étiquette de prix, est tombé derrière le meuble. Je me suis contorsionné pour le récupérer et, quand j'ai vu la pochette, ça ne me rappelait rien du tout !
Il s'avère que c'est l'un des très nombreux disques offerts par Philippe D. il y a trois ans. Je l'ai écouté une fois et il m'a suffisamment plu et intrigué pour que je le mette de côté.
C'est un album court (9 titres en moins de 27 minutes), et en le réécoutant hier je l'ai à nouveau fortement apprécié et ça a confirmé mes bonnes impressions de la première écoute.
Forest Fire fait partie de ces groupes qui ont bénéficié du développement d'Internet pour se faire connaître. Ils ont enregistré leur album de façon complètement indépendante, l'ont mis en ligne et ont vendu quelques CD gravés. Repérés par quelques passionnés (La Blogothèque, notamment, en a fait son album de l'année 2008), ils ont ensuite pu éditer l'album plus largement chez eux aux États-Unis, mais aussi en Angleterre et même en France chez l'excellent label bordelais Talitres.
J'ai été accroché dès les premières notes d'I make windows. Pas grand chose de vraiment nouveau là-dedans, on est dans une sorte de folk-rock-Américana qu'on connaît et qu'on aime bien, mais c'est dynamique et accrocheur et ça donne bien la tonalité de l'album, confirmée par le titre suivant, Fortune teller, pas sorti en single mais pour lequel une vidéo a été tournée.
A force d'être courtes, certaines chansons donnent l'impression d'être coupées ou pas finies, comme Through my gloves, qui sonne un peu Calexico et Promise, qui démarre comme du blues joué à la façon du Velvet Underground, mais qui s'interrompt brusquement après 1'42 plutôt que de s'étaler sur dix minutes.
Et ça continue comme ça jusqu'au bout, avec notamment un enchaînement final de trois titres imparables.
Une belle découverte, donc, à l'image de The Shaky Hands, un autre groupe découvert grâce aux disques de Philippe, qui compte un musicien (Nathan Delffs) en commun avec Forest Fire.
Le groupe a sorti deux autres albums, Staring at the X en 2011 et Screens en 2013, mais je pense qu'il est maintenant séparé.

L'album est toujours disponible chez Talitres, en téléchargement et même en CD à moins de 5 €.






La vidéo de Fortune teller, suivie de deux versions très différentes l'une de l'autre, de 2010 et 2008.

18 novembre 2017

FRANKIE VALLI : Can't take my eyes off you


Acquis chez Hervé L. à Épernay le 24 juillet 2017
Réf : B304.139F -- Édité par Philips en France en 1967
Support : 45 tours 17 cm
Titres : Can't take my eyes off you -/- My funny valentine

Chez Hervé L. l'été dernier, je n'ai pas acheté que des disques des îles de l'Océan Indien (Marie-Josée et Roger Clency, Michou) ou d'Afrique (Goguin Hounzinmé). Non, comme ses goûts, sa collection était très variée et j'ai ramené des 45 tours français ou étrangers de toutes époques, dont celui-ci, l'édition originale française de Can't take my eyes off you de Frankie Valli.
Cette chanson est devenue un classique et elle a été reprise des centaines de fois mais, très bizarrement, je n'ai quasiment jamais eu l'occasion d'écouter cette version originale, qui a connu un très gros succès dès sa sortie aux États-Unis.
C'est par des reprises que j'ai connu cette chanson, à commencer par celle, version disco, de Boys Town Gang en 1982. J'ai vu le 45 tours des milliers de fois dans les bacs des vide-greniers (sans jamais l'acheter) et, si jamais j'ai vu le groupe à la télé à l'époque, heureusement que je l'ai oublié car il y a de quoi être dégoûté à jamais de cette excellente chanson :



D'un autre côté, jusqu'à aujourd'hui j'ignorais jusqu'à l'existence d'Une poussière dans le cœur, la version française par Line Renaud, dont les paroles n'ont rien à voir avec l'original !
Pour moi, il y a eu surtout ensuite le medley des Pet Shop Boys avec Where the streets have no name de U2, mais c'est notamment parce que je n'ai aucune compilation avec cette chanson (contrairement à trois succès des Four Seasons qu'on trouve sur la BO de The wanderers) que j'ai passé autant de temps sans connaître la version de Frankie Valli.
Can't take my eyes off you est donc une chanson terriblement efficace, avec une construction un peu particulière il me semble. Elle s'ouvre sur deux couplets, sur un tempo plutôt lent, avec déjà une première mélodie et des paroles qui restent en tête ("You're just too good to be true, can't take my eyes off of you"), puis il y a un court passage instrumental qui fait monter le tempo et la pression, avant que le refrain n'explose, un moment que Frankie Valli signale d'un geste du bras quand il interprète la chanson. Et ce refrain et ses paroles sont aussi très mémorables ("I love you baby and if it's quite alright, I need you baby to warm a lonely night"). Du grand art, signé Bob Gaudio et Bob Crewe, à qui on doit, parmi beaucoup d'autres, Walk like a man.
En face B, My funny valentine est un autre classique, de la chanson jazz, mais là c'est une reprise que fait Frankie Valli. Cette chanson, pour le coup, c'est par la version d'Elvis Costello que je l'aie connue, avec la face B d'Oliver's army reprise en 1980 sur la compilation américaine Taking liberties. La version Valli est plutôt enlevée et très réussie.
Les deux faces de ce 45 tours figurent sur Solo, le premier album de Frankie Valli sans les Four Seasons. Mais le groupe n'était pas loin car le titre de l'album était préfacé par la mention "The 4 Seasons present" et, sur la pochette, le groupe le portait sur un plateau. Un peu bizarre.
Aujourd'hui, à 83 ans, Frankie Valli se produit encore régulièrement en concert.



12 novembre 2017

THE WAILERS : Catch a fire



Acquis chez A la Clé de Sol à Châlons-sur-Marne vers 198
Réf : 9123 013 -- Édité par Island en France dans la deuxième moitié des années 1970
Support : 33 tours 30 cm
9 titres

J'ai mis un peu de temps à apprécier Bob Marley. Certes, en 1978 j'ai aimé le tube Is this love ? suffisamment pour acheter le 45 tours mais, peu de temps avant ou après ça, on m'avait fait écouter l'album Exodus et ça ne m'avait pas du tout plus. J'étais resté bloqué devant l'aspect répétitif de la rythmique reggae. Ce n'est qu'avec l'album Survival en 1979, que j'ai acheté à sa sortie, que je me suis vraiment mis à apprécier Marley et les Wailers et que, au fil du temps, j'ai aimé leurs enregistrements les plus roots (J'apprécie mieux aujourd'hui, contrairement à l'époque, la production hybride de Could you be loved, mais il ne faut toujours pas me parler de Babylon by bus).
Je suis à peu près sûr que c'est au moment où j'écoutais beaucoup Survival que j'ai investi dans Catch a fire. Il faut dire que le disque chez le disquaire du coin n'était pas cher (entre 30 et 40 francs je crois) et puis il était dans sa fameuse pochette originale.
Due à Rod Dyer et Bob Weiner, elle fait partie avec quelques autres (Sticky finger des Rolling Stones, Look at yourself d'Uriah Heep ou Blue Monday de New Order me viennent à l'esprit) des pochettes élaborées qui sont devenues un sujet d'intérêt en elles-mêmes. En plus, elle représente un Zippo, et ces briquets américains avaient une grosse réputation quand j'étais gamin. Ça vous posait un gars quand il sortait son Zippo ou qu'il entreprenait de le remplir d'essence. Moi qui n'ait jamais fumé, j'aurais bien aimé pendant un temps en avoir un.
En Angleterre, il semble que seul le premier tirage de 20 000 exemplaires de Catch a fire ait été diffusé avec la pochette originale. Ils se sont très vite écoulés et les tirages suivants ont eu droit à une pochette toute simple avec une photo de Marley, qui devait coûter beaucoup moins cher à produire.
Ce n'est pas ce qui s'est passé en France. Déjà, je ne pense pas que le disque soit sorti par chez nous en 1973. L'ajout sur la pochette d'un gros macaron "Featuring Bob Marley" donne à penser que les exemplaires français sont sortis à partir de 1974-1975, après le départ de Peter Tosh et Bunny Wailer, quand le succès du groupe s'est amplifié sous le nom de Bob Marley and the Wailers. Ensuite, parce que le disque avec sa pochette briquet est resté disponible plusieurs années. La preuve, c'est que je l'ai trouvé sans problème vers 1980. Mais c'était la fin je crois : assez vite après la mort de Marley, c'est la seule pochette avec photo qu'on a vue dans les bacs français. En tout cas, les exemplaires avec pochette briquet sont désormais tous très recherchés par les collectionneurs. 
Catch a fire est le premier album des Wailers sorti chez Island. J'ai toujours cru que le titre avait avait à voir avec le fait de donner du feu à quelqu'un pour allumer son joint ou  sa clope, mais apparemment ça signifie plutôt "Va brûler en enfer" !
Outre sa pochette, le disque est surtout réputé pour avoir été "trafiqué" par le label pour lui donner un son plus international. Et c'est vrai que des enregistrements complémentaires ont été faits à Londres, mais au moins ce n'était pas pour y mettre des cordes, comme Trojan avait l'habitude de le faire. Il y a surtout de la guitare par Wayne Perkins et des claviers par Rabbit Bundrick, mais franchement aujourd'hui, à la réécoute, il n'y a plus grand chose qui m'écorche les oreilles, si ce n'est le solo de guitare sur Concrete jungle et un clavier  un peu trop présent sur 400 years. En plus, depuis la réédition Deluxe en deux CD de 2001, les fans ont la possibilité d'écouter la version "jamaïcaine" de l'album, sans les ajouts anglais, comme par exemple Concrete jungle et Stir it up sans les solos de guitare rajoutés.
A mon sens, le monument  du disque c'est sans conteste Stir it up. Cette version est moins roots que d'autres, mais je trouve que pour le coup les ajouts sont bien intégrés. Bizarrement, ce titre n'a pas été sorti en 45 tours, mais c'est sûrement parce que les paroles sont trop ouvertement sexuelles.
Mes deux autres titres préférés du disque ont toujours été les deux compositions de Tosh, 400 years et Stop that train. Il est intéressant de noter que ces trois chansons avaient toutes déjà été publiées sur d'autres disques (dés 1967 pour Stir it up !).
Le reste du disque est d'excellente tenue mais ne m'emballe pas autant. Musicalement, j'aurais plutôt tendance à conseiller African herbsman que Catch a fire, mais pour le coup la pochette de cette compilation est carrément moche !

Catch a fire est intégralement en écoute sur YouTube. Le disque est continuellement disponible depuis sa sortie.


Les Wailers interprètent Stir it up et Concrete jungle le 5 janvier 1973, en direct dans l'émission The Old Grey Whistle Test de la BBC. Superbe. J'adore le look de Peter Tosh.

11 novembre 2017

POSITIVE BLACK SOUL : Positive Black Soul


Acquis probablement avec un magazine professionnel en 1995
Réf : 4427 -- Édité par Island / Mango en France en 1995 -- Not for sale
Support : CD 12 cm
Titres : Je ne sais pas -- Boul falé -- Def lo xam -- Ataya

Je ne savais plus trop comment j'avais récupéré de CD promo du groupe de hip hop sénégalais Positive Black Soul. C'est la trace de l'arrachage d'un ruban adhésif au verso de la pochette qui a ravivé mes souvenirs : je pense que ce disque était fixé sur une page de pub d'un magazine professionnel, probablement Le Bulletin des Rotations, pub qui annonçait la sortie du premier album du groupe, Salaam.
Une dizaine d'années après avoir tenté de faire de King Sunny Adé une star internationale à l'échelle de Bob Marley, Island avait sûrement décidé de promouvoir d'autres artistes africains et avait misé sur Positive Black Soul. Le disque a eu un bon écho, mais ça ne s'est malheureusement pas traduit par un succès à l'échelle mondiale.
Ça fait bien longtemps que je n'avais pas réécouté ce disque, mais mon opinion à son sujet n'a pas changé : on a là quatre titres d'excellente tenue, dans une veine entre la face la moins sombre d'IAM et MC Solaar, qui les a beaucoup soutenus et qui a enregistré avec eux.
Positive Black Soul associe deux excellents vocalistes, mélange les langues (wolof et français, principalement, plus un peu d'anglais) et a pour particularité d'incorporer à son hip hop des éléments de musique africaine.
Comme ils me plaisent tous, j'ai un peu de mal à choisir parmi les quatre titres. J'ai peut-être une préférence pour la première Je ne sais pas et la dernière, Ataya (le thé sénégalais), que j'enchaînerais bien dans une compilation avec Donne-moi le micro. Mais Def lo xam, avec ses instruments traditionnels, et le single Boul falé sont aussi très bien.

Les quatre titres de ce disque se trouvent sur Salaam, un CD qu'on trouve d'occasion pour moins de 1 €, et sur lequel il y a un bon nombre d'autres perles (Le bourreau est noir, Djoko, Bon à rien...).


01 novembre 2017

MEXICO : FIESTAS OF CHIAPAS AND OAXACA


Acquis chez Oxfam à Charleroi le 16 août 2017
Réf : H-72070 -- Édité par Nonesuch aux États-Unis en 1976
Support : 33 tours 30 cm
14 titres

L'an dernier, lors d'une virée à Charleroi et Namur, j'avais trouvé à l'Oxfam de Marcinelle plein de disques aussi variés qu'intéressants, comme le 78 tours des Sœurs Étienne, les reprises à l'accordéon de tubes d'Elvis par Oscar Denayer ou Opel Far East trip, l'album-support d'un jeu concours pour les concessionnaires de la marque en Belgique.
En y retournant cette année, j'espérais récidiver, mais ce genre de petit miracle se répète rarement dans la vie. En tout cas, il est difficile de les provoquer.
Cet été, je n'y ai donc trouvé qu'une petite poignée de disques, mais parmi eux, pour 30 centimes, il y avait cet album qui s'est révélé très réjouissant d'enregistrements de terrain au Mexique dans les années 1970.
Ces enregistrements ont été faits par un anglais, David Lewiston, qui est mort en mai cette année, à 88 ans.
Musicien de formation, établi à New York, il était devenu journaliste financier pour vivre. En 1966, il a pris un congé sabbatique, a voyagé à Bali d'où il est revenu avec des bandes publiées sous la forme de l'album Music from the morning of the world dans la collection Explorer de Nonesuch. Il n'a plus jamais travaillé dans la finance ensuite et a enregistré de nombreux albums, en Inde, au Maroc, au Japon ou, comme celui-ci, au Mexique. On peut lire chez RootsWorld un entretien avec David Lewiston réalisé fin 2000.
On trouve sur ce disque des musiques de fête du Chiapas et d'Oaxaca, deux états du Sud du Mexique. Pas grand chose à voir avec un autre disque chroniqué ici, où l'on se situait au Nord du pays, à la frontière avec le Texas.
Le premier titre, Son sventa n'ahual San Lorenzo, est joué lors de processions pour la fête de Sainte-Marie de Guadelupe. L'instrument principal est une flûte en roseau, l'amay, avec un emboût, deux trous au-dessus et un en-dessous. La musique est entraînante, avec un accompagnement de percussions, de pétards, plus les cloches de l'église qui sonnent à toute volée et un son bizarre que je n'ai pas réussi à identifier. 
A l'écoute de ce titre, j'ai su tout de suite que j'avais bien fait d'acheter ce disque. Dans l'esprit, ce n'est pas loin des Yuyai jai'pna tapes de Luzmila Carpio.
Ensuite, c'est du classique, avec un orchestre de marimba. Il y en a trois sur la face. Ça me fait penser que j'ai un album d'un groupe appelé Marimba Chiapas. Si vous êtes dans le coin, vous aurez peut-être l'occasion d'en écouter une face entière ce dimanche 5 novembre à la salle des fêtes d'Hautvillers, où j'assurerai l'animation musicale de la Bourse BD-Disques.
J'ai sursauté à l'écoute de Batsí son martomail et
K'in sventa ch'ul me'tik Kwadulupe : les voix et l'ambiance m'ont fait penser à un disque que j'aime beaucoup mais qui n'a rien à voir, Light green leaves de Little Wings.
Sur cette face, on trouve aussi un instrumental à la guitare, Son sventa ch'ul na, et elle se termine en beauté avec
Son Sventa Cajvaltic, qui est comme la suite du premier titre.
La face B est d'une aussi bonne tenue, avec des cuivres, du violn et encore de la flûte de la guitare. Une fois de plus, je suis bien content de voyager en musique !

Une réédition en CD de cet album est disponible, toujours chez Nonesuch.
L'album est intégralement en écoute sur YouTube.

29 octobre 2017

BOBBIE GENTRY : Ode to Billie Joe


Acquis sur le vide-grenier du Triangle magique à Épernay le 12 mars 2017
Réf : 5950 -- Édité par Capitol aux États-Unis en 1967
Support : 45 tours 17 cm
Titres : Ode to Billie Joe -/- Mississippi delta

C'était une des premières brocantes de cette année. Il faisait plutôt beau et je suis tombé sur Damien R. au moment où il payait des 45 tours à 50 centimes sur un stand. On a discuté pendant que je passais en revue presque machinalement les 45 tours, presque tous de variétés. Quand j'ai repéré ce superbe logo Capitol sur un disque sans aucune pochette, j'ai regardé ce que c'était,j'ai récupéré une pochette blanche sur un autre disque et, alors qu'on se dirigeait vers le stand suivant, Damien était tout surpris de voir que j'avais payé et emporté le disque pendant qu'on discutait.
Comme souvent, on se demande comment un disque américain a pu se retrouver à Épernay mélangé à ce qui visiblement n'est pas une collection très pointue. Mais j'ai été bien content de récupérer cette Ode to Billie Joe, un tube mystérieux et envoûtant qui fêtait justement ses cinquante ans cette année.
Comme beaucoup de français de ma génération, je connais bien cette chanson. J'ai dû l'entendre souvent à la radio et à la télé dans la première moitié des années 1970, mais ce n'est pas la version originale par Bobbie Gentry que je connais, mais la reprise par Joe Dassin sous le titre de Marie-Jeanne.
Dans son arrangement et ses paroles, cette adaptation cherche, même si c'est parfois maladroitement, à rester proche de l'original et c'est son grand intérêt, car elle a permis à tous les français de comprendre les paroles de la chanson, qui sont pour beaucoup dans son succès.
En effet, musicalement Ode to Billie Joe est toute simple, même si elle est prenante, avec la guitare de Bobbie Gentry, une basse et des cordes, mais ce sont ses paroles qui focalisent l'attention depuis un demi-siècle. Elles décrivent pourtant une situation toute simple, une scène de repas familiale dans une ferme du Mississippi, où il est question de la grande nouvelle du jour, le fait que Billie Joe MacAllister a sauté du pont sur la Tallahatchie. Et les questions que tout le monde se pose tournent autour de la relation entre la narratrice et Billie Joe, de ce qu'ils auraient jeté dans la rivière quelques jours plus tôt et bien sûr des raisons du suicide.
Il n'y a pas et il n'aura jamais de réponse à ces questions. Bobbie Gentry elle-même a dit qu'elle ne les connaissait pas. Apparemment, le thème principal de la chanson pour elle est l'indifférence de la famille à l'annonce de la mort de Billie.
Il se murmure de longue date que la chanson durait initialement sept minutes plutôt que quatre et que des couplets avaient été supprimés, qui éclaireraient peut-être les choses.
J'ai cru tenir le bon bout en découvrant les paroles manuscrites du début de la chanson, qui ont été exposées en ligne par la Bibliothèque JD Williams de l'Université du Mississippi.
Figurez-vous qu'il y a un bien un couplet en plus, avec un premier vers rayé à propos d'une Sally Jane Ellison qui a quitté la ville depuis la première semaine de juin, mais non seulement ce couplet n'apporte pas de réponses aux questions communément posées, mais c'est sûrement une bonne décision de l'avoir supprimé car sinon la chanson aurait quand même été moins mystérieuse. En tout cas, et ce n'est pas courant, cette chanson a marqué les esprits au point, en 1976, d'inspirer le film du même titre, écrit par Herman Raucher et réalisé par Max Baer, Jr.



J'ai été tout surpris à l'écoute de la face B du 45 tours, Mississippi Delta. Après Ode to Billie Joe, je ne m'attendais pas à entendre un titre électrique, de très bonne facture, qui n'est ni plus ni moins que du swamp rock, à la manière de ce qui allait faire le succès de Creedence Clearwater Revival peu de temps plus tard. A l'origine, c'est cette chanson qui devait être le titre principal du 45 tours, mais très vite les radios et le public ont préféré l'autre face.
Ode to Billie Joe a eu un énorme succès. Le 45 tours et l'album du même titre ont délogé les Beatles des classements des ventes aux États-Unis, ce qui n'était pas rien en 1967.
Bobbie Gentry a enchaîné les disques dans les années suivantes, dont une album avec Glen Campbell en 1968. Elle a eu d'autres succès, notamment en Angleterre, mais qui n'ont jamais atteint celui de ce premier disque. Elle a animé ses propres émissions de télé, a monté des spectacles pendant plusieurs années à Las Vegas. Elle a joué ainsi le jeu du show business pendant toutes les années 1970, mais au début des années 1980 elle a visiblement décidé de quitter la vie publique. Elle vivrait actuellement dans le Mississippi, pas très loin de la rivière Tallahatchie. Le pont dont il est question dans la chanson a été détruit en 1972, mais Bobbie Gentry nous a laissé son ode à Billie Joe.

On trouve depuis 2012 chez Kill Me Sarah une chronique de Marie-Jeanne et Ode to Billie Joe, qui prouve au moins une chose, c'est que nous sommes de la même génération.


LinkWithin

Linkwithin